mercredi 24 août 2016

Avant / Après: La rue du Fief

    Sur mon site favori Delcampe, j'ai vu une carte postale d'Ecoust-Saint-Mein et notamment de la rue du Fief.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Source: Delcampe.net

    Sur Google map et avec l'option street view, voici ce que j'ai trouvé:

Source: Google Map

    Cette maison semble être la même que sur la carte postale, non? Rénovée, certes, et heureusement, mais la même. Le positionnement par rapport à l'église semble aussi identique. Elle aurait survécu à la première guerre mondiale qui avait détruit quasiment tout le village.
    Sur la carte postale, une enseigne au premier étage où l'on peut lire THERY. Malheureusement les deux autres lignes sont floues.

THERY
.....
......ANT (ou ....AND)

   Direction ma base d'écoustois créée dans Ancestrologie. J'ai quelques THERY dont une famille habitant dans la rue du Fief. Joseph THERY, né en 1855, est maréchal ferrant. Il est marié à Marie CAVIGNAUX (1859-1908). Ce couple n’apparaît qu'à partir du recensement de 1886 à Ecoust-Saint-Mein. Leurs trois enfants, que j'ai trouvé pour le moment, sont nés dans ce village et l’aîné, Alfred Joseph André est lui aussi maréchal ferrant mais est domicilié à Mory (d'après son acte de mariage en 1909).

 


    Tout ceci est à prendre au conditionnel mais je pense que ces personnes avec leur tablier peuvent être des maréchaux ou des forgerons.
    Dans le recensement de 1911, Joseph THERY est maréchal ferrant et patron de son entreprise. Il a deux ouvriers maréchaux: son dernier fils Albert  et Louis GUEANT.


Recensement Ecoust-Saint-Mein 1911 - AD62 M3625  vue 12/16


     En 1908, L'ainé des fils, Alfred, n'est pas encore parti à Mory  (d'après l'acte de décès de sa mère).

Il se pourrait donc que sur la photo se trouvent le couple THERY-CAVIGNAUX, leurs 2 fils, Alfred et Albert, et Louis Guéant.


Rebondissement!!

    Je viens de voir une autre carte postale sur Delcampe à un autre endroit de la rue du Fief!

Source: Delcampe.net
   Avec Street view, je n'ai pas réussi à retrouver les maisons mais d'après la position de la brasserie au fond, la photo est prise, comme l'autre, en direction de l'église.
    Tiens tiens! Mais qui voyons-nous devant la maison à gauche? Nos supposés maréchaux! Toujours au nombre de quatre. Mais ce n'est pas tout, nous retrouvons aussi:



1- Les deux petites filles vêtues avec les mêmes robes
2- La petite avec sa robe à carreaux et sa copine
3- Le petit garçon habillé tout en noir
4- La fillette en blanc accompagnée d'une plus grande fille
5- La femme avec son grand col blanc

    Ce qui est certain, c'est que les deux photos ont été prises le même jour. Le photographe a du demander aux habitants de poser sur les différents clichés. Sans doute en a t'il fait plus de deux ce jour là. Je vais surveiller...

   Et que deviennent les supposés maréchaux alors?  Ces personnes posent devant une maison à l'enseigne THERY. Je me dis que les propriétaires, s'ils sont là le jour de la prise de vue, se mettent devant leur maison et d'autant plus un commerce. De plus, leur tablier me conforte dans l'idée que ce sont eux. Enfin, sur la deuxième photo, ils sont devant un atelier où l'on peut voir une enclume et des roues de chariot. Je suppose que pour diversifier leur activité, ils pouvaient être maréchal-forgeron et travailler le fer autre que pour ferrer les animaux.

Mais le doute subsistera à moins qu'un descendant ait des photos de ses aïeux maréchaux.


4 commentaires:

  1. Elle est très convaincante cette démonstration et fort bien racontée.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour la sagacité ! Avez-vous résisté à l'envie d'acheter ces cartes postales ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai résisté, 35€ chacune quand même! Je n'ai que la copie numérique pour le moment

      Supprimer